3.1. La péricardite aiguë

 

Signes cliniques

 

  • Contexte pseudo-grippal : fièvre, courbature
  • Dyspnée, toux
  • Douleur thoracique
  • Auscultation : frottement péricardique

 

Examens complémentaires

 

  • Electrocardiogramme (E.G.C)
  • Radio du thorax
  • Echocardiogramme

 

Complications

 

  • Tamponnade
  • Evolution vers une forme chronique : péricardite chronique constrictive
  • Récidive

 

Traitements

 

  • Repos strict au lit : jusqu'à la disparition de fièvre
  • Anti-inflammatoire

Le traîtement se fait en fonction de l'étiologie.

 

A ce moment-là, la péricardite peut évoluer de trois façons différentes :

 

- Elle guérit.

 

- Elle devient une tamponnade.

 

- Elle se transforme en péricardite chronique constructive, ce qui est le cas le plus grave.

 

  • La tamponnade

 

 La tamponnade est une adiastolie (absence de remplissage des cavités droites) aiguë par augmentation importante et rapide de la quantité de liquide péricardite, aboutissant à une chute du débit cardiaque et de la pression artérielle par compression du cœur (compression du coeur qui empêche le retour veineux).

 

Les péricardites aiguës se compliquent rarement en tamponnade.

 

Il s'agit d'une urgence : risque d'arrêt cardiaque : C'est un désamorsage de la pompe cardiaque.

 

Signes cliniques

 

  • Douleur thoracique violente
  • Dyspnée (Difficulté à inspirer ou expirer de l’air)
  • Insuffisance cardiaque droite
  • Tachycardie
  • Hypotension artérielle
  • Pouls paradoxal : diminution de la pression artérielle lors de l'inspiration

 

Traitement

 

  • Drainage chirurgical ou ponction péricardique en urgence.

 

  • La péricardite chronique constructive

 

    La péricardite chronique constrictive est une inflammation chronique du péricarde qui conduit à une " coque fibreuse " inexstensible, réalisant une contraine croissante sur le coeur.

 

Signes cliniques

 

  • Hypertension artérielle
  • Dyspnée
  • Hépatologie/Hépatomégalie
  • Œdème au cou ou aux membres inférieurs
  • Turgerscence des veines jugulaires

 

Etiologie

  • Infectieuse (tuberculose, parasitaire..) 
  • Inflammatoire (polyarthrite..)
  • Système (Amylose)
  • Néoplasique

 

Traitement

 

  • Péricardectomie. (Résection du péricarde nécessitée par des lésions inflammatoires ou tumorales)

 Une résection est un retrait chirurgical d'une partie d'organe ou d'un tissu pathologique comme une tumeur. On peut aussi parler d'ablation.

  •  Traîtement étiologique.

 

Voici le témoignage de certaines personnes étant atteintes de péricardite :

 

  • « J'ai 22 ans moi aussi j'ai eu une péricardite virale, sans doute dû à des efforts intensifs pendant une bonne bronchite.

 

Lors d’une séance de natation, je me suis arrêté lorsque j'ai ressenti de grosses douleurs dans la poitrine, on dirait dit que mon cœur était coincé, serré dans un étau cœur.

 J’ai évidemment directement pensé à un infarctus.

 Mais à 22 ans sans fumer et étant assez sportif cela me paraissait étrange. Après plusieurs consultations chez des médecins et des cardiologues, le verdict est tombé. J’étais atteint d’une péricardite virale.

 Quatre mois plus tard, j’avais une nouvelle consultation chez le cardiologue pour vérifier si cela allait mieux.

 Finalement, mon ECG était normal, aucune séquelle n’était apparente.  »

 

 

  • «  Bonjour, 

De mon côté ma première s'est déclarée novembre 2012.

  • La péricardite fait vraiment peur et surtout très mal.

 Je me suis levée en ayant très mal au cœur ne pouvant plus dormir sur le côté gauche, ayant mal en respirant, même en marchant. Il m’était impossible de faire quoi que ce soit. Je me suis donc rendue aux urgences.

C’est là qu’ils m’ont annoncé que j’étais atteinte d’une péricardite aiguë d'ordre viral.

C'est très impressionnant.

Depuis ceci, il m’arrive de temps à autres (durant une semaine environ) d'avoir à nouveau mal.

Je prends des médicaments, la douleur passe sur le moment mais  revient quelques heures plus tard.

 A présent, j’ai à nouveau mal. J'ai l’impression que mon bras gauche est paralysé. Je ne peux pas tenir le volant de la main gauche lorsque je conduis. N'importe quel effort est difficile, je m’économise. Je suis très fatiguée en plus de cela.  »

 

Ces témoignages, ainsi que les symptômes des patients confirment bien ce qui a été dit précédemment.